Sample Text

http://ms-kitty-fantastico.blogspot.fr/2014/08/recovery-mini-serie.html http://ms-kitty-fantastico.blogspot.fr/2014/08/outlander.html http://ms-kitty-fantastico.blogspot.fr/2014/07/blackpool-mini-serie.html http://ms-kitty-fantastico.blogspot.fr/2014/04/je-voulais-juste-rentrer-chez-moi.html http://ms-kitty-fantastico.blogspot.fr/2014/04/se-battre-jusquau-bout-lisa-niemi-swayze.html http://ms-kitty-fantastico.blogspot.fr/2014/04/how-i-met-your-mother-this-is-end.html http://ms-kitty-fantastico.blogspot.fr/2014/03/the-100-pilot-second-episode.html http://ms-kitty-fantastico.blogspot.fr/2014/03/doctor-who-saison-4.html http://ms-kitty-fantastico.blogspot.fr/2014/02/single-father.html http://ms-kitty-fantastico.blogspot.fr/2014/01/doctor-who-saison-3.html
Mes dix dernières chroniques, cliquez sur une des images pour y accéder...

mardi 9 avril 2013

Even dead things feel your love, Mathieu Guibé


Titre : Even dead things feel your love
Auteur : Mathieu Guibé
Edition : Editions du Chat Noir
Collection : Griffe Sombre
Couverture : Alexandra V. Bach
Nombre de pages : 276
 
Au terme de votre vie, à combien estimez-vous le nombre de minutes au cours desquelles vous avez commis une erreur irréparable ? De celle dont les conséquences régissent d'une douloureuse tyrannie vos agissements futurs jusqu'au trépas. Mon acte manqué ne dura pas plus d'une fraction de seconde et pourtant ma mémoire fracturée me renvoie sans cesse à cet instant précis tandis que la course du temps poursuit son inaltérable marche, m'éloignant toujours un peu plus de ce que j'ai perdu ce jour-là. Je me demande si notre dernière heure venue, les remords s'effacent, nous délestant ainsi d'un bagage bien lourd vers l'au-delà ou le néant, peu importe. Puis je me souviens alors qu'il s agit là d'une délivrance qui m'est interdite, condamné à porter sur mes épaules ce fardeau à travers les âges, à moi qui suis immortel. L'amour ne devrait jamais être éternel, car nul ne pourrait endurer tant de douleur.

Depuis que j'ai lu et adoré le roman de Georgia Caldera : Les Larmes Rouges, je m’intéresse aux nouvelles parutions de la petite maison d'Edition du Chat Noir et j'ai de suite été attirée par ce roman, peut-être était-ce du à la combinaison entre le titre, la magnifique couverture et le résumé poétique...



Je ne suis pas une grande lectrice, mais j'aime de temps en temps me plonger dans un bon roman. Ce fut le cas cette fois-ci !
Comme vous vous en doutez on parle ici d'un vampire, Josiah - Mais pas d'un vampire qui chasse les démons, ni d'un vampire qui brille au soleil, non, on parle ici d'un vrai vampire comme je les imagine : Torturé, romantique, sombre...

L'histoire se place en 1850, Josiah veut s'éloigner des dangerosités de Londres pour rejoindre son ancien domaine familial. A peine arrivé, il est témoin d'une scène de chasse ou il rencontre une jeune femme Abigale qui tente de protéger un renard, cible des chasseurs. C'est là que tout commence. Ils tombent amoureux mais un évènement tragique survient et... pour connaitre la suite il vous faudra lire le livre ^^

Ce roman est une sorte de journal intime de Josiah, tout au long de notre lecture on partage avec lui les années qui passent, son ressenti, ses questionnements... Et tout ça sans tomber dans le côté niais qui m'agace dans ce genre de littérature. Il n'aime pas sa condition, mais il vit avec. Certains passages ne nous épargnent pas, ils sont assez violents et glauque mais tout est bien dosé et surtout crédible !
Hormis Josiah, on ne rencontre pas beaucoup de personnages. Il y a bien sur Abigale, sans qui l'histoire n'aurait pas lieu d'être. Malheureusement, je ne me suis pas attaché à elle, c'est peut être le seul point noir à mon avis dans ce roman. J'aurais aimé en savoir plus sur elle car tout se passe très vite. Leur rencontre, l'évolution de leur relation ne tient que sur une centaine de pages... tout bascule ensuite. J'ai trouvé cette première partie un peu trop rapide, quelques chapitres n'auraient pas été de trop.
Nous rencontrons également Rudolf, le domestique de Josiah, avec qui il a une relation presque paternelle. Alors certes on ne le croise pas beaucoup, mais juste assez pour l'apprécier. Et bien sur 4ème et dernier personnage Burrough, le méchant de l'histoire qui lui non plus n'est pas très présent mais qui est utilisé à bon escient dans le roman.

Mathieu Guibé a une plume magnifique. Chaque tournures de phrases, chaque mots, chaque descriptions sont poétiques tout en restant fluides. C'est un vrai plaisir de lire ce roman. Si vous aimez les histoires vampiriques à la Bram Stoker, Anne Rice etc.. je suis certaine qu'Even dead things feel your love pourrait vous plaire ^^

Vous pouvez vous le procurer directement sur le site des Editions du Chat Noir

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Unordered List

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...